Le principe du bon voisin

– Bonjour Mlle Elsa, vous voulez bien venir avec moi à la messe ?

Elsa reste bouche bée devant sa petite voisine et sa supplique chevrotante. Bien sûr que non, elle ne peut pas.

– Mme Truong, je suis désolée, non pas aujourd’hui… Et puis, vous savez bien que je ne mange pas de ce pain là.

– Ah, pourquoi ?

– Mais parce que… je suis toute nue, voilà!

Répondre n’importe quoi, c’est ce qu’il y a de mieux à faire face à une demande si saugrenue. Lire son courrier administratif- Mme Truong ne lit pas le français-, passer régulièrement la voir pour vérifier que tout va bien, lui apporter des granulés pour ses poissons, oui, Elsa le peut, mais l’accompagner à la messe, il ne faut peut-être pas pousser mémé à la prostitution, non ? Et puis, pas aujourd’hui, elle aurait plutôt des comptes à régler avec ce Dieu d’opérette…

Des pas et un raclement de gorge se rapprochent, ça doit être Mr George, le râleur du dessus, qui descend. Elsa sent la ceinture de son peignoir qui doucement glisse et l’encolure de son décolleté qui s’entrouvre petit à petit. Oups, elle tire Mme Truong par son encolure, la pousse à l’intérieur et claque la porte. Moins une ! Son peignoir est ouvert béant, ses seins explosent. Elsa rougit. Sa vieille voisine dodeline de la tête, pas gênée pour un sous. Malicieuse, elle dit :

– Vous avez un beau corps de femme, Elsa. Bon, je vous attends dans le salon pendant que vous terminez de vous habiller…

Et elle part s’installer princière sur le canapé sous le regard sidéré d’Elsa. La pudeur, elle ne sait plus où elle l’a mise. Elle est aussi surprise que rassurée par ce compliment de mère. Ca lui tire encore dans le bas-ventre et ses pieds prennent l’eau…

Quoi, ses pieds prennent l’eau ? Mon Dieu, le bain ! Elsa l’a complètement oublié, il est en train d’inonder toute la maison !

– Oui, oui, Mme Truong, vous restez ici ! Je suis à vous dans cinq minutes…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page