AF 2304

686

Les mots suspendus au-dessus de nos têtes changent et dévient nos destinées. L’AF2304 « retardé » se transforme en « annulé » et je vois le cercueil de ma mère s’éloigner davantage de moi. C’est impossible, il faut que je la vois. Avant la fin. C’est idiot, je pense encore avec des avant, alors que la fin est déjà là. Je suis en vie, je suis dans le temps et il est en train de me jouer un sale tour. Tant pis pour le café, l’énergie revient, mon réveil est instantané. Je saisis ma maigre valise et m’élance vers le bureau des réclamations d’Air France. Je me retrouve en tête, j’écrase le peloton, c’est une urgence, je suis enceinte, mon mari a eu une crise cardiaque en Italie, j’invente n’importe quoi. Des fausses excuses où la vie presse, où le compte a rebours nous tord. Je n’ose sortir l’argument fatal des funérailles. Tant que je n’ai pas enfoui maman sous terre, elle vit encore. Permettez-moi seulement de m’envoyer en l’air. « Non, Madame, je suis désolée, aucun avion ne décollera aujourd’hui de Roissy. Tous les vols sont annulés. Pas d’exception à la règle. Nous pouvons essayer de vous transférer sur un vol au départ d’Orly.

– Pourquoi ils décollent là-bas ?

– Tôt ce matin, oui encore.

– Ah bon, la tempête n’a pas touché le sud de Paris ? Il y a un microclimat orlien ?

– Madame, j’essaie de trouver une solution. Votre mauvais esprit ne nous aide en aucun cas. »

J’ai des cousins qui ont pris le premier avion d’Orly. Un low cost. A cette heure, ils doivent être déjà partis. Moi, j’ai refusé d’être parquée comme une vache, et puis je voulais être seule avant le grand méchoui familial. Ca m’apprendra à jouer les snobs.

– Madame, je vais vous demander de vous écarter maintenant. Je dois traiter les autres demandes. Une navette est affrétée Hall C54 pour les transferts. Au suivant s’il vous plait !

J’ai raté l’enterrement de ma mère. Ce jour-là, j’ai donc testé toutes les banquettes des transports : taxi, RER, train, bus, bancs des salles d’attente. Mais je n’ai pas eu l’autorisation de poser mes fesses sur mon siège 39B. Il y avait trop de vent et de pluie. Ma génitrice a été ensevelie, sans moi, dans son pays qui n’est pas le mien.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page