La règle de deux

Valérie est une obsédée du chiffre deux. C’est simple, avec elle, tout doit fonctionner en duo. Parce que ce qui la rassure le plus dans la vie, ce sont les paires. Cette règle de deux régente aussi bien sa vie privée que professionnelle. Valérie travaille dans l’informatique parce que c’est binaire. Elle a un père et une mère, un chien et un chat, un garçon et une fille, un mari et un amant, etc.

Valérie a deux yeux noirs fendus, deux lèvres voluptueuses, deux bras tendres, deux poumons désirant et deux longues jambes. Ajoutez à cela deux cerveaux, droit et gauche, bien équilibrés et vous obtenez une Valérie au haut potentiel de bonheur et de réussite.

Malheureusement, même en mathématiques, les règles ne sont valables que jusqu’à preuve du contraire. Il suffit d’une vague un peu plus audacieuse et tout votre beau château de sable s’effondre. C’est précisément ce qui arriva à Valérie le jour où son amant décida de lui aussi appliquer la règle de deux.

Perfection des chiffres ! Par l’ajout de ce doublon, son amant mettait leur couple au carré. Il ne manquait plus que son mari en fît de même et l’on passait du carré au cube ! Un tel jeu de miroir aurait eu de quoi satisfaire les besoins dichotomiques de Valérie. Etrangement, pas du tout.

Ses soupçons s’éveillèrent petit à petit au rythme des indices égrenés chez son amant : un deuxième déodorant fit bientôt son apparition dans sa salle de bain, puis un deuxième shampoing, et enfin, coup final, une deuxième brosse à dent… Pas de doute, Valérie avait une suppléante, une rivale, une double. Son amant aimait une deuxième femme. Ni une ni deux, Valérie décida de rompre…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page