La voiture est le nouveau divan où l’on cause

619

Jennie, lunettes noires, sort. Une femme plus âgée, Marceline, la tient par les bras (45 ans, grosse, gueule au carré). Une huée de photographes les accueille. Des journalistes les harcèlent de questions. Les deux femmes s’engouffrent dans une voiture. Marceline conduit. Jennie est assise à la place du passager. Silence lourd entre les deux femmes. Marceline le rompt.

MARCELINE

Il faut qu’on parle, Jennie.

JENNIE

Ah non, tu ne vas pas t’y mettre aussi ! Je déteste les conversations qui commencent avec le fameux « il faut qu’on parle. » Ca me donne immédiatement envie de me flinguer ou de sauter par la fenêtre.

MARCELINE

C’est pour toi Jennie. Tu déconnes grave.

JENNIE

T’es pas ma mère.

MARCELINE

Je suis ton agent, ça revient au même.

JENNIE

Je t’emmerde.

MARCELINE

Oh je n’en peux plus. Jette-toi si tu veux, ouvre la portière et casse toi. Qu’est-ce que tu crois ? J’ai d’autres chats à fouetter.

JENNIE

Je suis désolée. C’était un mauvais parcours de circonstances.

MARCELINE

Concours de circonstances, on dit.

JENNIE

Désolée, je n’ai jamais su y faire avec les mots. Ni avec quoique ce soit, tu me diras.

MARCELINE

J’avais remarqué ! J’en ai marre, Jennie. Tu me fatigues.

JENNIE

Je ne l’ai pas fait exprès.

MARCELINE

Tu parles ! Et la dernière fois où je suis venue te chercher complètement déglinguée chez ce type à Aubervilliers aussi je suppose? Je ne te parle même pas de l’avant dernière fois à l’hôpital ? Qu’est-ce que tu cherches enfin ? Te faire exploser ? Défoncer ? Connaître tes limites ? Bravo, tu y es. Moi, je ne suis plus, je ne serai pas toujours là pour te ramasser. Dans ta merde.

JENNIE

Je suis clean, Marcelle. Je t’assure. Je sortais vraiment de la piscine.

MARCELINE

De la piscine de coke, oui. En plus, tu te fous de ma gueule.

JENNIE

J’ai encore cinq émissions à enregistrer. Ne me lâche pas s’il te plait, Marceline. J’ai besoin de toi.

MARCELINE

T’es en train de te griller. En tout cas, désolée pour cette fois, mais t’es bonne pour la couverture de journaux. Il y a un connard qui a dû te griller.

JENNIE

M’en fous. C’est bien, non ? Ce me fait de la pub.

MARCELINE

Je suis agent de comédienne pas de putes dépravées, Jennie. Moi, je ne continue plus dans ses conditions. Tu me dis si tu veux rester avec moi et dans ce cas, on redresse la barre. Ou c’est moi qui saute du train en marche.

JENNIE

J’ai peur Marceline. Je ne sais plus où je vais. Ne me lâche pas.

Silence.

MARCELINE

Pour commencer, tu vas déménager.

JENNIE

Ca ne va pas la tête? Non, tout mais pas ça. Je te promets. Je vais changer. Vraiment.

MARCELINE

C’est ce que tu me racontes chaque fois. J’en ai assez. Tu veux changer ? Concrètement, je vais déjà te changer de cadre de vie.

JENNIE

Mais !

MARCELINE

Tu te tais et tu m’écoutes. Ok ? Ce sont mes conditions.

JENNIE

Mais…

MARCELINE

Je t’ai trouvé un nouvel appart où tu seras tranquille. Personne ne viendra te chercher là.

JENNIE

T’es folle, c’est le couvent ou quoi ?

MARCELINE

Presque… Il faut te mettre à l’abri de la tempête. Chaque matin, un conducteur viendra te prendre pour l’émission. C’est tout. On fonctionne ainsi pendant dix jours et ensuite on verra. On passe chez toi, tu prends tes affaires et je t’y amène direct.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page