Scène 7 – Le roi (Ahmed) et la cavalière (Chloé)

603

Sous-sol de la Tour aux millions. Ahmed et Chloé répètent une scène de casting pour Chloé. Ahmed est assis sur une chaise comme s’il conduisait une voiture. Il y a une autre chaise vide à ses côtés. Chloé est débout. Elle se tient légèrement penchée pour parler au similo-conducteur. Elle est habillée d’un minishort et débardeur rouge au profond décolleté. Elle joue à l’auto-stoppeuse.

CHLOE (minaudant)

Bonjour. Vous allez à Saint-Tropez ?

AHMED

Pas exactement. Aux Ulis. Mais t’inquiète, c’est dans la bonne direction, Babe. On fera juste un petit détour pour embrasser la famille, faire le plein de matos et yalla !

CHLOE

Arrête, Ahmed. S’il te plait, lis tes répliques. Cela ne m’aide pas. Je suis stressée, j’ai besoin de toi. S’il te plaît, sois sympa. Pour moi.

AHMED (amoureux et résigné)

Ok, ok…

CHLOE

Je reprends. Concentre-toi. Ferme les yeux, c’est parti.

Bonjour. Vous allez à Saint-Tropez ?

AHMED

Bien sûr, mademoiselle. Quelle étrange coïncidence ! Je vous y amène ? (Il s’arrête de lire le scénario) Attends, excuse-moi, personne ne parle comme ça dans la vraie vie. Ils l’ont recopié sur une boite de paquet bonus, ton texte ? C’est trop mauvais, j’hallucine. Demain, je deviens publicitaire !

CHLOE

Je te l’ai déjà expliqué. C’est exprès. Le spot joue sur l’effet rétro-décalé. La Côte d’Azur et Brigitte Bardot. La France d’antan, tu vois ?

AHMED

…Où je n’étais pas là. C’est bon, j’ai compris. Raciste !

CHLOE

Tu dis n’importe quoi. Je ne sais pas ce que tu as aujourd’hui. T’es d’une susceptibilité ! Tu devrais parfois aussi fumer un peu, ça te détendrait le string…

AHMED

Pas question, je suis pro, moi. Et c’est toi qui te ramènes la bouche en fleur ici. Je n’ai rien demandé, moi.

CHLOE

Tu n’avais pas envie de me voir ?

AHMED (amoureux)

Si. Toujours. J’ai toujours envie de te voir. Mais pas ici, pas sur mon territoire, ça craint. Tu cherches quoi ? Te donner des petits frissons ? Hou, hou, Chloé, elle n’a pas peur du loup ! C’est ça ?

CHLOE

Tu es méchant. Et bête. Non, je voulais venir voir les tours avant qu’elles ne disparaissent. C’est tout. J’aime bien les enterrements, les achèvements, les fins de partie, tu sais bien.

AHMED

Comment tu sais ? Je veux dire, pour les tours.

CHLOE

C’est papa qui me l’a dit.

AHMED

Ah oui, c’est vrai, j’avais oublié, l’autre petit politicard bien droit dans ses bottes.

CHLOE

Ne parle pas de papa comme ça ; ça me vexe. Tu es mauvais. Je ne t’aime plus.

Elle boude. Pleurniche un peu. Va se recroqueviller dans un coin. Silence.

Ahmed est embarrassé, il la rejoint. S’assied à ses côtés par terre.

AHMED

Pardon, Chloé, je ne recommencerai plus. Je ne pensais pas ce que je disais. Ton père, je le respecte. Chacun son bizness après tout.

Il lui met un bras au-dessus de son épaule. Il essuie ses larmes. Ils s’embrassent. Chloé se redresse immédiatement.

CHLOE

Bon, on file jusqu’au bout cette fois ? D’accord ? Sans s’arrêter. Sans commentaire, promis ? Tu me dois au moins ça pour te faire pardonner.

AHMED (dépassé)

Promis.

CHLOE (minaudant)

Bonjour Monsieur. Vous allez à Saint-Tropez ?

AHMED

Bien sûr, mademoiselle. Quelle étrange coïncidence ! Je vous y amène ?

CHLOE

Avec plaisir. (Elle entre dans la voiture et s’assied sur la chaise vide, placée à côté d’Ahmed. Elle regarde le conducteur. Elle parle tout au long de la scène avec une voix de petite fille).

Oh, comme vous avez de grandes et belles mains !

AHMED

Oui, c’est pour mieux passer les vitesses ! Ce n’est pas tout, regardez d’un seul doigt, je peux changer la musique, mettre la climatisation ou activer la fonction massage des sièges.

CHLOE

Oh oui, je sens ça. C’est bon. Oh, comme vous avez aussi une belle voix !

AHMED

C’est pour mieux parler avec ma voiture. Voyez-vous, quand je suis fatigué, je n’ai qu’à lui indiquer la direction et le GPS s’allume automatiquement. J’ai alors tout le loisir de contempler le paysage (il bute contre le texte et bafoue légèrement) et la charmante passagère à mes côtés. (Ahmed s’arrête, visiblement choqué, s’apprête à commenter, Chloé ne lui laisse pas le temps).

CHLOE

Oh, comme vous avez de beaux yeux !

AHMED

Quoi de plus naturel ? C’est simple, la voiture Aristote 707 vous obéit toujours au doigt et l’œil ! Avec l’Aristote 707, attire la midinette et des clopinettes tu paieras !

Chloé l’embrasse sur la joue. Fin de la scène. Elle semble contente. Ahmed la regarde, dubitatif.

CHLOE

J’étais bonne, non ?

AHMED (amoureux)

Tu es toujours très bonne. (Silence) Mais tu peux m’expliquer ce que vend la pub ? La prostitution enfantine avec pour slogan : ta fille, la pute ? Ou c’est pour un vibro-masseur ? Ou c’est un spot contre la sécurité routière peut-être ?

CHLOE

T’es bête, c’est pour une voiture bien sûr ! C’est un mixte entre le petit chaperon rouge et Mad men.

AHMED

Merci. J’avais compris. Moi, je m’y perds dans toutes ces références. Ils ne peuvent pas inventer quelque chose par eux-mêmes, tes publicitaires, au lieu de nous fabriquer des cocktails aussi écoeurants ?

CHLOE

Je t’adore, Ahmed. T’es si méta…métaphysique… t’es mon petit philosophe à moi !

AHMED

Ouaih, ouaih, enfin, ne me prends pas pour un con non plus. Tu peux me montrer ton portable ?

CHLOE

Pourquoi ?

AHMED

Comme ça. J’ai envie de le voir.

CHLOE

Non.

AHMED

Pourquoi ?

CHLOE

Parce que.

AHMED

Parce que quoi ?

CHLOE

Parce que. Parce que c’est propriété privée. Oh, excuse-moi, tu ne connais peut-être pas ce mot-là.

AHMED

Salope !

Ils se bataillent tous les deux. Comme des chiffonniers. Ahmed réussit à lui extirper son portable. Il le regarde puis regarde Chloé, sidéré. Il lui demande en brandissant le portable :

AHMED

C’est qui, ce mec ? Tu peux m’expliquer ?

CHLOE

Personne

AHMED

Comment ça, personne ?

CHLOE

C’est Sami qui a cafté, c’est ça ?

AHMED

Et c’est toi qui me mens, c’est ça ?

CHLOE

Oh, Ahmed, joue pas les ringos ! C’est Willy. Tu ne twittes donc jamais ? Ca fait combien de temps que tu n’as pas checké ton Facebook ?

AHMED

En plus, tu te fous de moi !

CHLOE

Sauvez Willy, tu ne connais pas ?

AHMED

Et elle me parle maintenant de baleine…

CHLOE

Voilà, il y a un mec enfermé dans la tour qui va sauter. Il veut s’y immoler. Il a lancé un tweet il y a une heure. C’est le dernier buzz sur Internet. En guise de protestation, on doit être le maximum à mettre sa photo sur notre écran de portable pour faire réagir les politiques. C’est notre révolution de jasmin ! Pour sauver Willy !

AHMED

Depuis quand, tu t’intéresses à la politique ? Depuis quand tu t’opposes à ton papa ? Tu fais ta crise d’ado maintenant ? C’est complètement niais, ton histoire ! Ca sent la fausse rumeur à plein nez. Je ne vois pas ce que va changer au sort de la tour ou de Flipper le dauphin que des petits bourgeois hyperconnectés du XVIème affichent sa tronche sur leur portable.

CHLOE

Oh, tu es si old link parfois, Ahmed ! Ah, la différence d’âge, c’est difficile dans un couple !

AHMED

Tu rigoles ? J’ai trois ans de plus que toi et peut-être aussi un peu plus de jugeotte. Pour qui tu te prends ? Tu penses que tu vas changer le monde grâce à ta nouvelle appli et en faisant des pubs de merde ?

CHLOE

Et alors, ce n’est pas ça qui te fait kiffer ? Que je sois blonde, blanche et bourge. Bref, tout ce que tu n’es pas.

AHMED

Chloé, on arrête. Ca va trop loin. Ton mec, tu veux le sauver ?

CHLOE

Oui.

AHMED

Ok. Montre-moi sa tronche. Je mets en route mon réseau et je peux te dire que ça va aller bien plus vite que le Twitter de tes fesses. Tu veux mettre le feu, tu vas l’avoir, on va le leur mettre. Je gère. Toujours. Mais d’abord, je vérifie qu’il existe bien ton Willy, ok ?

CHLOE

Je t’aime Ahmed.

AHMED

Moi aussi. Et c’est bien là tout mon problème… Ne bouge pas, je reviens dans quinze minutes maxi.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page