Coup de froid

Tout a commencé quand il a vu que je n’étais pas droite. Scoliose du côté gauche. Ensuite il a pris un coup de froid sur la plage. Moi un coup de vague. Et le temps a changé. La pluie est arrivée. L’automne est arrivé. On s’est réfugié dans une église chauffée. Il s’est blotti sur un banc. Seul. Moi, j’ai déambulé comme chez moi. On a pris le métro. Une secousse. Il a eu un geste fort, protecteur, auprès d’une inconnue. Peut-être était-il bon en cela ? Dans les couloirs, il a offert quelques pièces à un jeune indien multi-instrumentiste, ça m’a touchée. Entre deux escalators on a croisé un chanteur d’opéra qui avait perdu sa voix mais qui continuait de chanter. Un autre habitué des lieux, m’a-t-il dit. Quelque soit l’endroit, il y croit toujours. A son histoire. C’était le commencement de notre désamour.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page