Une souris verte qui courait dans l’herbe, je l’attrape par la queue, je la montre à ces messieurs…

Dehors, il pleuviotait. Je lui ai roulé une clope, nous avons repris notre errance amoureuse. Le tabac crépitait dans la nuit bleue. L’alcool nous grisait. L’heure était aux souvenirs, ceux de notre dernière fois.

« Tu sais ce qui m’a plu quand tu m’as léchée ? » Oui, ça, ça avait déjà eu lieu et je gardais encore le goût douceâtre de sa chatte dans mon palais. « C’était le contact dur et glacé de tes lunettes contre mes cuisses alors que ta langue chaude et douce s’engouffrait dans ma vulve humide. »

L’invitation était claire. Je l’ai embrassée sous la première porte cochère. Elle m’a suivie jusqu’à mon hôtel. Cette fois-ci, elle a pénétré avec moi jusqu’au bout du couloir. Pour monter avec moi dans l’ascenseur. Promiscuité. Intimité nerveuse.

C’était chaud, de plus en plus, ça brûlait. Elle avait sorti des lanières de son sac de yoga pour mieux sangler notre plaisir. Parce qu’elle avait besoin d’entraves pour jouir. « Mon désir ne doit cesser d’être empêché et contrarié pour s’épanouir », me précisait-elle, studieuse, au cas où je ne l’aurais pas encore remarqué. Mais, moi, je n’en avais plus rien à foutre de sa psychologie. Tout ce que je voulais, c’était la prendre et venir en elle. La cingler.

Le chocolat était noir et fondant. Elle me mordillait l’oreille. J’aspirais ses baisers. Sa main parcourait mon échine. Je branlais la raie de ses fesses. L’aurore pointait à la fenêtre. Je la pénétrais. C’était bon. A coups. Accélération. Elle vibrait. Ses lèvres s’arrondissaient, ses seins rougissaient. Non. Oui. Transfuge. Je déchargeais. Electrique. Douleur aigue. Onde qui nous vide.

Elle voulait déjà fuir. Vers son ailleurs. Elle se glissa hors du lit. Bruits d’eau dans les coulisses. Rapides. Elle ne se doucha pas. Pour garder mon goût sur sa peau. Mon sperme entre ses jambes. Ma sève.

Ses cheveux étaient déliés, elle était belle. Débridée. Elle avait eu si bien ce qu’elle voulait. Elle claqua la porte. Je crus voir une petite souris se glisser dans l’interstice du jour. Et je suis resté cloué à ma petite mort sur le lit défait.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page