L’avenir des poètes est écrit à l’avance dans leurs poèmes

Tu la connais cette histoire du poète que l’on a envoyé à la mort avec ce mot destiné à sa femme dans la veste ?

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu’il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu’à être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l’ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

Maintenant, va faire mieux. Et surtout décide où tu places ton cadran solaire, tes fantômes et tes morts. Vite. Avant de finir noyer dans les croissants et la nicotine. (Comment savait-elle?) A demain Jacques.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page