Le dessin du dimanche

Se peut-il que l’échange de lettres devienne ce qu’il y a de plus secret, de plus intime? Les e-mails sont trop ouverts à tout vent. T’écrire sur une carte, c’est te donner un objet unique qui n’appartienne qu’à toi. Je suis heureux ici. Dans ma tête tourbillonnent les possibles, les ailleurs, les « ce que j’imagine »…Comme cette première nuit passé après toi sans toi. La finitude, aïe, obstacle. Une seule vie, aïe, obstacle.

Tourbillon des pensées. Traversé parfois par des ressentis. Une ligne. Une geste. Une chaleur. Un apaisement. Nu. Non. Oui. Encore. Pas là. Ici. Oui. Cette lettre s’achève sur tes lèvres, je te laisse imaginer ce qui suit.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page