Sonia

Quand je me réveille, Antonin est déjà parti. La lumière du simulateur d’aube est à son zénith. Combien de temps ai-je pu dormir ? Je m’étire, je baille. Hier, j’ai cuisiné les poissons argentés sortis de ma bouche. Je regarde le tas de perles amoncelées à côté du lit. C’est ça, aujourd’hui, je vais me fabriquer des colliers. Je suis devenue l’autarcie incarnée. Tout ce qui sort de ma bouche est d’or ! Je n’ai plus à travailler, il me suffit de parler.

Je me tais. Contemple ma propre idiotie. Je ne travaille pas de toute façon. En l’occurrence, en temps normal, je ne rapporte rien. Alors, c’est ça ? L’extraordinaire m’apporte son pesant de cacahuètes ? Etrangement, je ne panique pas. Basculer dans les contes de fée de ma grand-mère est aussi léger que se laisser porter par une balançoire au printemps.

Ok, la place dans le lit à mes côtés est vide. Mon homme a fui. Mais, après tout, c’est peut-être ce que je voulais.

Je me lève, prends mon miroir de courtoisie et me salue : « salut beauté ! » Un temps, que va-t-il sortir ? Je ferme les yeux et pense très fort : « mystère et boules de gomme. » Ca marche ! Des bulles de chewing-gums volent autour de moi. Magie, rêverie nébuleuse et paf, pince-moi si je rêve, coups d’élastique et retour brutal au réel… Les boules de gomme éclatent avec violence et viennent mourir dans mes cheveux.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page