La nuit

Enfonce. Serre. Prends. Etouffe. Puise.

Douleur minérale. Ventre percé.

Halètement. Pépiement. Gémissement.

Sang. Sève. Sperme. Salive. Souffle.

Plaisirs à l’encan. Folie réveillée. Furie déchaînée.

Tu es moi…

Oh oui, tuez-moi !

 

Bip, bip, bip

Electrocardiogramme

Le bruit des produits qu’on encaisse

Vous avez une carte de fidélité ?

Si oui, peut-être dans un an, aurez-vous le droit d’un coup supplémentaire

Ma main transformée en automate mécanique

Mes yeux qui dérivent sur le mini tapis roulant

Je n’ai plus de jambes, je ne suis plus qu’un tronc

Pas le temps de regarder en arrière

Un présent qui s’égrène en euros et en centimes

Et le butin de la caisse qu’on envoie dans les tuyaux aspirants

Seulement une histoire de papiers entre nous

Et pour seules couleurs le rouge flashant et le vert tranchant de la vitrine

Franprix se prend pour Mondrian ?

Attendez

N’oubliez pas votre ticket de caisse

Et au suivant, casher number 15 !

 

La petite mort embrassera la grande.

Alors.

Je serai loin.

Déjà.

Dans une pays où les filles portent les fesses hautes et pas de culotte.

Là où le soleil caresse inlassablement la peau.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page