Le goût des hommes mûrs

Désolée, les dieux sont morts. Ils vous ont abandonnés. Vers qui vous tourner désormais ? Les stars, bien sûr ! A elles de vous fournir l’étoffe de vos rêves. A elles, surtout, d’être les réceptacles de vos peurs et de vos désirs, ceux, tout particulièrement, que vous n’osez pas dire ou pire que vous ne connaissez pas encore…

Mais, voilà, à peine commenciez-vous à vous habituer à cette idée et à acheter consciencieusement votre missel chaque semaine, Closer, Gala ou Paris Match selon vos revenus sociaux culturels, que patatras : attention, sacrilège et Deux ex machina ! Savez-vous que les peoples n’existent pas plus que vos anciens dieux ?

Scoop ! Ils n’ont pas plus d’être que Zeus ou Ganesh…si ce n’est d’être suffisamment inconstants et élastiques pour dévoiler vos propres failles et raconter, d’une autre manière, votre histoire. Un moment donné ou l’autre dans la vie, vous verrez, vous en aurez besoin. Ils vous renverront un reflet de vous-même dont vous serez étonné. Ou fasciné. Ou indigné. Ou chagriné. Il y en aura pour la nymphomane et puis l’alcoolique, la femme trompée et  le mari jaloux, l’ami trahi et le frère enterré.

Cette histoire vous la reconnaîtrez peut-être. L’orthographe des noms a été volontairement modifiée. Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé n’est pas fortuite.

La gloire a ce prix : vous vous ne vous appartenez plus, vous vous donnez en pâture à l’imaginaire des autres et à leurs fantasmes. C’est pourquoi j’ose dire, sans ambages, en parodiant un autre plus grand que moi : Johny H, c’est moi. Laetitia H, c’est moi. Et pourquoi pas ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page