Laissés pour compte

Brise-moi, toujours en tenue de catcheur mexicain, et Paul, assis côte à côté. Ils attendent. Dans la même attitude figée et morne.

Brise-moi

– Toi aussi, on t’a jeté ?

Paul

– Oui, fini, le temps où je donnais la réplique, où je relançais l’affaire, où je révélais les sentiments que l’autre ne connaissait pas encore. Romain a trouvé chaussure à ses pieds, son cœur a bondi dans sa poitrine et Monsieur n’a soi-disant plus besoin de son ombre…

Brise-moi

– T’inquiète, ça lui passera. Il va devenir insipide, transparent, sans contraste, sans relief. Et il te suppliera de revenir… Tu veux que je te dise : il vaut mieux être une ombre qu’un fantôme. Moi, une fois qu’on m’a congédié, basta, les oubliettes et le néant ! Je ne peux plus revenir…

Paul

– Va voir ailleurs.

Brise-moi

– A ton avis, qu’est-ce je fais ? Si tu crois que ça m’amuse ce costume de catcheur mexicain qui me boudine… Je ne sais même pas parler espagnol !

Paul

– Ce n’est pas un problème. Les vivants n’ont pas vraiment besoin de te comprendre…

Brise-moi

– Mais, moi, si… Ils me sont tous si étrangers. Je n’ai aucun lien avec eux, aucune histoire commune, aucun repère. Je ne peux pas m’asseoir à côté d’eux les écouter avec nostalgie et les consoler d’une caresse d’ange. Je ne joue pas les ailes du désir mais de l’ennui, oui ! Voilà ce que je suis un exilé, un banni, un fantôme qui erre…

Paul

– Change de métier. La réincarnation, t’y as pensé ? Je ne sais pas, convertis-toi en cheval de course, en panda ou en chien à sa mémère ? Il y a des reconversions sympas. Tu serais enfin peinard…

Brise-moi

– Et toi, ça te dirait peut-être de te transformer en tête de turc ou en usine à fantasme ?

Paul

– Pas question, la lumière me tue…

Brise-moi

– Eh bien, c’est tout le problème. On ne change pas l’étoffe dans lequel on est tissé…

Paul

–  Tu veux dire qu’il n’y a pas de solution ?

Brise-moi

– Non, il n’y a pas de solution pour nous…

Paul

– Si, attendre…

Les deux hommes retournent à leur attitude initiale ou se mettent à jouer aux billes ou à la pétanque, en attendant…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page