Qui sont ces serpents qui sifflent dans ma tête?

Et merde, quel con mais quel con ! Soudain, une douleur aigue dans mon pied nu. Je jette un œil, je saigne. Le coupable : un clou planté dans ma plante de pied. Je grimace. Qu’est-ce qu’il fout là, lui ? Et dire que Junior aurait pu l’avaler. Je frissonne, j’ai mal aussi et j’en oublie de me suicider. A la place, je me précipite dans la salle de bain à la recherche de désinfectant. Il y a un instant je voulais mourir et c’est une bête petite souffrance physique qui me rappelle à la vie. Je ris de ma vacuité. Un pantin de mon genre ne peut se pendre à une laisse de chien, il est bien trop léger !

Je me regarde dans la glace. Teint blafard et barbe de trois jours, j’avoue, je reste diablement sexy. J’ai toujours été très content de mon apparence. Sans faire trop d’efforts, je suis beau. Je n’ai pas à faire beaucoup pour maintenir mon attractivité. Une heure de gym par jour suffit, accompagné de massages réguliers et d’un régime renouvelé chaque mois par mon diététicien personnel.

Je ne me sens pas capable d’abandonner ce niveau de vie. Oh, si cela ne tenait que moi, je me contenterais d’une cabane au fond des bois. Je sais combien la plupart de mes besoins sont superflus, crées de toutes pièces par l’argent de mon père. Non, ce que je ne supporterais pas c’est de les entendre en permanence dans ma tête. Leur bourdonnement incessant m’empêche déjà de dormir : « Pauvre Mark, il est tombé de si haut ! Son père aurait fait faillite, ça aurait déjà bien assez mais non, il a fallu qu’il le mêle à ses affaires et le salisse à son tour… C’est simple, tout l’argent qu’il possède est du pur vol. C’est simple, c’est notre argent ! Et comment ose-t-il  encore traîner dans nos gyms et bars en toute impunité ?… Il paraît que sa nouvelle femme est déjà en recherche d’un nouveau pigeon à plumer… Mark sent l’alcool à n’importe heure du jour, vous avez remarqué ?… Bien sûr qu’il savait tout des escroqueries de son père, il paraît même qu’il en est à l’origine ! »

Etcetera, etcetera…leurs mensonges ne me quittent plus. C’est simple, je ne supporte plus le silence. Vite, écouter de la musique, oublier et me remplir d’ailleurs…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page