Coming out

– Enfin, Madame, pouvez-vous m’expliquer pourquoi je vous trouve à quatre heures de l’après-midi dans la plus légère tenue avec un sein en l’air ?

Un ange passa tout aussi bien dans la penderie que dans la chambre. C’était à ce moment que les godasses glissèrent entre Edouard et Sylvette, il put enfin la prendre dans ses bras. Sylvette n’eut pas le temps de protester… Quant à Madame, elle se mordit les lèvres d’avoir commis une si grossière erreur. Elle rangea vite son sein et en habile courtisane dégaina sa parade. Jouons à la roulette russe, se dit-elle et elle se lança :

– Comment diable ?! je me changeais évidemment !

– Ah oui, sans votre femme de chambre ? Eh bien, continuez maintenant ! Nous allons choisir ensemble votre tenue. Ouvrez cette penderie que vous ne quittez pas depuis que je suis entré dans cette chambre. Que me cachez-vous ? Allez, je vous en prie, ouvrez-moi cette penderie !

Madame émit une espèce de jappement, et Sylvette se sentit mollir. Elle murmura:

– Nous sommes perdus !

– On voit que vous ne la connaissez pas aussi bien que moi, lui souffla Edouard à l’oreille, en profitant pour lui mordiller gentiment le lobe.

Madame réitéra son glapissement.

– Qu’est-ce qui vous arrive, mon amie ?

– J’étouffe, Charles ! Je me sens mal, je crois que je vais défaillir…

– Bon, écoutez, cessez cette comédie, Hortense, c’est de très mauvais goût et ouvrez-moi ce placard !

Sylvette se blottit alors dans les bras d’Edouard qui ne put que se réjouir de ce réflexe de défense…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page