Il ne faut pas pousser mémé à la prostitution

PHIL

« Claudine, merci encore pour votre conversation animée. Je regrette de n’avoir pu accepter votre invitation à coucher chez vous et j’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir très vite pour de prochaines réjouissances. » C’est bon, je l’envoie ?

DIANE

T’es fou, Phil !

PHIL

Go !

DIANE

Ah bien, bravo !

PHIL

Merde, j’ai oublié le é, ça fait jouissance à la place de réjouissance !

DIANE

Ca t’apprendra à draguer les vieilles à la sortie des enterrements.

PHIL

Excuse-moi, c’est elle qui a commencé.

DIANE

Oui et c’est toi qui as continué.

PHIL

Je t’assure, elle m’a sauté dessus avec son vison et tout son tralala à la sortie de l’église. Avec son air pincé de snob : « Qui veut venir avec moi au cimetière ? J’ai une place dans ma voiture. »

DIANE

C’est le botox qui fait ça.

PHIL

Quoi, le rentre-dedans ?

DIANE

Non, l’air pincé.

PHIL

Oh, la, la, j’ai bien cru qu’on n’allait jamais arriver à la tombe. « Non, Claudine, pas là. Je pense qu’il serait mieux d’aller sur la droite. » Et elle qui continuait : « Ah, vous êtes sur Paris ? Mais c’est formidable ! Avocat en plus ? Pas croyable, vous devez forcément connaître ma fille. Elle exerce aussi rue de Rennes. Pauline Dubonnet, vous la situez forcément… » « Oui, oui, et que pensez-vous si nous nous garions ? Là, oui, c’est parfait, attention à la voiture derrière ! »

DIANE

C’est peut-être une spécialiste qui écume les enterrements pour rencontrer des jeunes hommes fringants, de la chair fraîche, des hommes désespérés qui ont plus que jamais envie de baiser… La mort attire le sexe, c’est con mais c’est comme ça.

PHIL

Oui, enfin, il ne faut pas pousser mémé à la prostitution.

DIANE

Et pourquoi non ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page