Pédiluve et lupanar

Inès est assise au bord de la piscine en maillot de bain rouge. Elle laisse ses pieds marmotter dans le bassin et contemple les nageurs batailler dans les lignes. Elle semble attendre ou chercher quelqu’un. Elle n’a pas encore mis son bonnet, elle a le temps.

Les maîtres nageurs la regardent d’un air suspect, prêts à lui sauter dessus si elle osait plonger les cheveux déliés, cette vieille peau qui fait son numéro de charme à la noix de coco. Elle s’est trompée de lieu, celle-là, c’est une piscine sérieuse ici, une piscine sportive, pas un lupanar à PD et à cougars.

Inès a assorti son rouge à lèvre à la couleur de son une pièce. C’est idiot de se maquiller pour la piscine, ça ne se fait pas et à quoi ressemblera-t-elle tout à l’heure quand tout dégoulinera dans l’eau chlorée ? Elle s’en fout, royalement. Elle mate les mecs, les velus, les secs, les bombés, les petits, les désirables ou non. Une voix un peu nasillarde surgit derrière elle :

– Alors, tu es venue sans ta copine, cette fois-ci ?

Inès tremble et retourne la tête. C’est lui.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page