Rêve

Si je n’avais pas rêvé toute la nuit que je trucidais mon ex, peut-être aurais-je agi autrement, peut-être me serais-je senti moins coupable … Mais pourquoi avoir ainsi menti ?

Je traîne le cadavre sur la rive sans bien savoir qu’en faire quand soudain un couple me fait des grands signes au loin et m’appelle : « vous avez besoin d’aide, monsieur ? »

Je les vois courir d’un pas rapide et sportif, étincelants tous deux de santé et de joie de vivre et, au lieu de souffler et de poser ce fardeau trop lourd pour moi, je l’étends au sol, le cache discrètement derrière un arbre et leur hurle : « Non, non, ne vous inquiétez pas, c’est un jeu entre ma femme et moi. Nous jouons à nous secourir. » Ils voient mes yeux désormais et me regardent circonspects: « Vous êtes sûr ? »

Je leur réponds : « oui, oui, nous préparons ensemble le marathon de New York, ma femme et moi. Vous nous avez juste surpris en plein exercice de confiance et de relaxation. Il s’agit de se laisser aller de tout son poids dans les bras de l’autre et se laisser ainsi traîner comme un pantin jusqu’au lieu de repos et puis surtout se taire pour retrouver son harmonie. Chut, ne faites pas trop de bruit, Kamilia est en pleine régénération…». Le saint argument du culte du corps les laisse cois.

J’en profite pour partir en sautillant comme un sain crétin rejoindre ma femme qui se repose derrière l’arbre. Je feins de l’embrasser et lui hurle afin qu’ils m’entendent bien : « oui, ma chérie, assez pour aujourd’hui, profitons maintenant de la belle vue du lac. »

Je les entends qui s’éloignent. Pas de doute, dans cinq minutes, les flics rappliquent. Non, mais quel abruti! Le suspect numéro un ne se serait pas comporté autrement. Et merde, je suis taré au quoi, qu’est-ce qui me prend d’embrasser ainsi la mort à pleine bouche ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page