Comment faire quelque chose à partir de rien

Aurélia en consultation avec Mme Castella

– Alors, il vous mitonne bien, Docteur ?

– Pardon ?

– Votre proprio, Titus, il paraît qu’il vous chante le guilledou.

– Pardon, le quoi ?

– Le guilledou, il vous fait sérieusement la cour en d’autres mots.

– Oh, non, nous entretenons juste des rapports cordiaux de bons voisins et épaulons en quelque sorte nos solitudes.

– Oui, il vous drague, c’est bien ça.

– Mais, non, il pourra avoir l’âge de mon père. Et restez calme maintenant s’il vous plait. Je ne peux pas entendre votre cœur si vous n’arrêtez pas de parler, Madame Castela !

– Oui, oui, c’est ce qu’on dit… Passez-lui le bonjour quand vous le verrez et vous lui direz que si mes jambes ne me permettent plus de lui rendre visite, les siennes doivent bien se rappeler de mon adresse !

Plus tard, Aurélia et Titus

– Mme Castella vous passe le bonjour !

– Ah, comment va-t-elle cette langue de vipère ?

– Bien, elle se languit de vous, je crois…

– Ah, oui, nous avons une histoire il y a longtemps quand elle n’avait pas encore de moustache et les jambes fines. Le village existait encore, c’est te dire !

– Quel village ?

– Celui du fond du lac, voyons. Submergé il y a trente ans par le barrage EDF… Tu ne savais pas ?

– Non.

– Hé, hé, arrête de t’enfermer dans ta chambre le soir, il est temps de sortir de ton trou ! Et de découvrir notre petit Loch Ness local.

– Ah bon, mais je pensais l’avoir déjà trouvé.

– Comment?

– Oui, je croyais que c’était vous!

Rires.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page