David L.

Je suis une boule de flipper, je localise les femmes, les frôle, me laisse parfois avaler puis rejeter, bientôt je toucherai le jackpot, le high score clignotera et je gagnerai encore des vies. Cent-une peut-être…

C’est faux, bien sûr mais l’on trompe comme l’on peut la mort. Certains la cherchent, d’autres préfèrent encore l’oublier, moi, je la torée. Sauf que je me trompe encore, c’est moi le taureau dans l’affaire. Et au fur et à mesure, la vie me plante escadrille sur escadrille, je perds femme sur femme et, à la fin, c’est la mort qui prendra, triomphante, mes deux oreilles et ma queue.

Hôtel, hôpital, maison de retraite. Le parcours est tout tracé. Je ne vivrai que dans des lieux publics, où l’espace d’une chambre j’imaginerai mon intimité. J’enfermerai tout ça plus tard dans ma boîte noire.

En attendant, je suis avec ma muse Marion qui me raconte des histoires sans queue ni tête sur sa grand-mère. Dans le but de m’émoustiller. A croire que depuis Le petit chaperon rouge, grand-mère et amant se confondent dans le discours des femmes…

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page