Haïku de printemps

Elle ne se couchait jamais après minuit

Jusqu’au jour où… grand mal m »a pris

J’ai oublié ce qu’elle m’a dit

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrPrint this page